Décoration extérieur

Gazon synthétique : à la découverte d’une tendance qui se généralise

L’aventure du gazon synthétique a commencé en 1960. A cette époque, AstroTurf a été le premier à commercialiser ce produit. Depuis, l’utilisation du faux-gazon s’est répandue peu à peu. Aujourd’hui, cette alternative à la pelouse naturelle est utilisée dans l’univers du sport, en décoration et pour l’espace public.

Histoire du gazon synthétique

Le gazon synthétique, également appelé faux gazon ou pelouse synthétique, imite à la perfection le gazon naturel. Sa commercialisation a commencé aux USA avec la société AstroTurf en 1960. Après des succès plus ou moins flatteurs, le faux gazon a conquis les Américains. En 1976, les fédérations américaines de hockey exigent son utilisation pour les jeux olympiques de Montréal.

Il a fallu attendre les années 2000 pour constater l’intérêt des Européens pour le gazon synthétique. Sans s’imposer, cet élément s’est intégré peu à peu dans la décoration d’intérieur sur le Vieux continent. Les espaces publics recourent également aux faux gazons pour embellir les parcs et jardins. En 2009, 300 millions de mètres carré de gazon synthétique ont été posés en Europe.

Le faux gazon doit son succès à sa grande longévité. Pour les terrains de sport, les industriels prédisent une durée de vie de 10 à 12 ans. Ensuite, il faudra changer le gazon car celui-ci se dégrade. Si elle est de bonne qualité, la longévité d’une pelouse artificielle peut dépasser 20 ans pour une utilisation en intérieur.

Le gazon synthétique dans les lieux publics

D’abord, embellir l’espace public avec des gazons synthétiques relève d’un choix responsable. C’est un geste écologique qui limite le gaspillage d’eau. En effet, il faut au minimum jusqu’à 4 litres d’eau par jour pour arroser un gazon naturel de 1 m². Le calcul est vite fait. Un seul terrain nécessite environ 14 millions de litres en un an. La volonté d’économiser de l’eau va de paire avec ce choix écologique. La facture baisse avec une consommation réduite.

Ensuite, l’esthétique est relégué au premier plan avec la pelouse artificielle. Grâce à cette dernière, il est possible de garder toujours vert un espace fréquenté. Il ne faut pas oublier que le visuel joue un rôle important dans un lieu accueillant du public.

Pour réussir le projet, il faut évidemment respecter les normes dans l’installation des gazons synthétiques. Celles-ci impliquent la conformité relative aux classements de résistance au feu. Ainsi, il est important de vérifier la conformité du produit aux normes européennes avant de l’installer dans un endroit recevant du monde.

Le prix des gazons synthétiques

Quelle que soit son utilisation, il faut toujours privilégier la qualité pour une pelouse artificielle. Cela implique d’éviter les produits bas de gamme venant de certains pays asiatique. Un faux gazon de qualité doit être agréable au toucher et résiste à l’arrachement. En outre, sa couleur doit être réaliste en plus de résister aux intempéries.

Comptez entre 30 et 40 euros par mètre carré pour un gazon synthétique avec une hauteur de brins de 50 mm. Ce type de produit est préconisé si vous souhaitez voir un faux gazon un peu plus haut. En revanche, le prix par mètre carré d’un faux gazon avec des brins d’environ 20 mm dépasse rarement les 25 euros.

Enfin, gardez à l’esprit que le prix n’est pas toujours un indicateur de qualité pour l’achat de gazon synthétique. Ce n’est pas parce qu’un produit coûte cher qu’il est forcément de qualité. Evidemment, un prix trop bas devrait aussi éveiller votre soupçon. Pour éviter le mauvais choix, n’hésitez pas à comparer le prix et à vous renseigner sur la qualité d’un produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *